Notre lune de miel en Argentine : 1ère partie, la Patagonie !

Chers et chères futur-e-s marié-e-s, holà à vous !

Comme vous ne le savez pas, mon mari et moi-même (forcément…) avons eu l’immense chance de nous envoler en décembre dernier direction l’Argentine ! Nous y avons passé 1 mois fantastique, en découvrant la mythique Patagonie et le nord du pays. Je vais me faire un immense plaisir de vous raconter notre lune de miel, en commençant aujourd’hui par la Patagonie et la semaine prochaine, le nord ;-D

“aaaah… l’Argentine… c’est marrant comme destination” –> Celle-là, je l’ai entendue un paquet de fois. Non, nous n’avons pas opté pour les cocotiers (un peu cliché et nous étions déjà en minimoon au Brésil en septembre dernier... alors bon hein !). En fait, nous souhaitions visiter un pays lointain, un pays où nous pourrions faire énormément de randonnées, un pays où les hôtels étaient rares et au milieu de nulle part… bref, un voyage qu’il ne serait pas possible de faire avec une famille.

Après plusieurs hésitations, nous nous sommes finalement décidés pour l’Argentine ! Paradis des amoureux de la nature et des grandes étendues, pays sauvage aux paysages époustouflants, au sud hivernal et au nord plus qu’estival. Bref, l’Argentine nous tendait ses bras.

 

Stop 1 : Bariloche

Après une série de vols interminables (3, pour être précise), nous avons débuté notre périple dans la région des lacs : Bariloche ! Pour vous imager la chose, je dirais que cette région ressemble furieusement à la Suisse… en plus grand. Le parc national Nahuel Huapi et le parc national de Los Arrayanes sont idéaux (et d’ailleurs absolument à voir !)

Je ne saurais trop vous conseiller de demander à votre hôtel de vous fournir une carte des sentiers pédestres et de chausser vos fidèles chaussures de marche ! C’est d’ailleurs ce que nous avons fait, pendant 4 jours. Un peu long peut-être…

Etablissements recommandés :

Stop 2 : El Chalten

Attention, hallucination garantie. L’aéroport, situé au milieu de nulle part, est juxtaposé au sublime Lago Argentino. Après 2 bonnes heures de route bordée de steppe, vous arrivez à El Chalten. El Chalten est une toute petite “ville” sans grand charme, mais demeure le point de départ de toutes les randonnées de la région. Ambiance backpack garantie. Parce que c’était notre lune de miel et parce que nous souhaitions être le plus isolés possible (asociaux, nous ?) nous avons continué notre route durant 1 bonne heure de piste, puis 20 minutes de bateau sur le Lago del Desierto pour rallier notre hôtel. C’est depuis ce dernier que nous avons rayonné : marche au Glaciar Huemul, dans la forêt près de notre lodge (où d’ailleurs vous aurez peut-être la chance de voir se balader une vache sauvage ou plus rare, un huemul ! Sorte de cerf en plus petit et plus gros, le huemul est quasi impossible à apercevoir : il n’y en aurait pas plus que 200 dans toute la Patagonie. Nous avons eu cette chance, notre guide a pleuré d’émotion en le voyant, c’est dire !)

Etablissement recommandé :

  • Aguas Arriba Lodge : isolés de tout et de tout le monde (atteignable uniquement par bateau ou 3 heures de marche), ce petit lodge vous proposera une expérience 100% sur mesure dans un décor de carte postale et avec une vue imprenable sur le Mt Fitzroy. Vraiment une magnifique expérience.

Conseil d’ami

  • Prenez avec vous la panoplie du vieux marcheur : kway, coupe-vent, petite doudoune, pantalon d’hiver, pantalon d’été (vous ne savez jamais à quoi le temps peut ressembler). Mais surtout, pensez à vous munir de bonnes (vraiment) chaussures de marche (montantes, waterproof, la totale). Il faut savoir que les gens de cette région ont un dicton bien à eux : “celui qui n’a pas les pieds mouillés n’a pas vraiment visité la Patagonie”. Cela dit, ce conseil est vivement valable pour toute la Patagonie, où il peut pleuvoir à torrents à 10h00, faire hyper beau et 24 degrés à 13h00 et enfin baisser à 10 degrés à 13h10 avec un orage se profilant à l’horizon.

 

Stop 3 : El Calafate

In-con-tour-nable. C’est notamment le point de départ pour visiter le glacier Uppsala, le Perito Moreno et bien sûr naviguer sur le Lago Argentino ! Nous avons fait les 3 🙂 Après une navigation de 2 heures sur le Lago Argentino et parmi les icebergs, nous avons randonné durant près 4 heures au travers du domaine de l’Estancia Christina (pour apercevoir de très près le glacier Uppsala… sous la pluie !). Ce fut une marche magique, nous amenant d’un paysage glaciaire à une prairie entourée de montagnes, en passant par un canyon au couleurs de feu.

Le glacier Perito Moreno est également à visiter absolument. Avançant de près de 2 mètres chaque jour, vous entendrez un grondement plus ou moins intense en permanence et aurez certainement la chance de voir des blocs de glace s’en détacher dans un fracas presque chaotique. Certains Tours vous proposeront de faire une marche sur le glacier : on vous le recommande chaudement ! Marcher sur un glacier était pour nous une expérience inédite et en valait largement la peine ! Vous serez comme catapultés dans un autre monde, froid, rêche, éblouissant et… d’un bleu profond.

Si un jour vous ne savez que faire, grimpez (à pied) au sommet du Cerro Frias, à 20 minutes de El Calafate. Vous cheminerez (seuls au monde) jusqu’au sommet, d’où vous pourrez admirer une vue à couper le souffle. Le jour où nous nous y sommes rendus, nous n’avons croisé personne… à part des vaches (qui, soit dit en passant, on peur des êtres humains), des armadillos, des condors, des lièvres et des guanacos. Un petit bijou très peu connu !

Bien sûr, la région regorge d’autres activités en tous genres ! Comment dire non à une randonnée à cheval, du kayak ou encore une excursion en vélo ?

Etablissement recommandé :

  • Eolo : véritable bijou, cet hôtel est à couper le souffle. Situé au milieu de nulle part, l’Eolo a été conçu comme une véritable fenêtre sur la nature. Tout y est ou presque. La nourriture est incroyable (je pèse mes mots. Le chef mériterait facilement une ou deux étoiles Michelin), les chambres superbes. L’unique reproche que je formulerait est le manque d’information quant aux excursions proposées. Pour faire court, laissez tomber le transfert en privé et optez systématiquement pour celui en bus. Il n’y a strictement aucune différence : l’hôtel a une navette qui vous amène (et attend avec vous !) que le bus arrive. Nous étions tristes de partir et je rêve encore de certains des plats servis dans leur restaurant !

 

Stop 4 : Torres de Paine au Chili

Passer la frontière a été un grand moment. Pas du côté argentin, mais du côté chilien. Il faut savoir que vous ne pouvez importer aucune denrée alimentaire au Chili, pas même une barre de céréales. De plus, vous devrez passer toute votre bagagerie aux rayons X (un chien s’en chargera si vous avez de la chance). Mais là n’est pas le plus folklo. Les douaniers (au nombre de 2) étaient confortablement installés derrière leurs écrans datant des années 60 (au moins), et tamponnaient les passeports au rythme d’un reggaeton endiablé, en dodelinant de la tête : mythique.

Bref, une fois au Chili, je vous recommande de loger directement dans le parc de Torres del Paine. Il faut également savoir que ce parc ne se visite pas vraiment en journée : la majorité des points de vue ne sont accessibles qu’au travers de longs treks (dont le célèbre W). Si vous ne souhaitez pas vous lancer dans ce genre d’expéditions, vous avez meilleurs temps de loger dans le parc national, et pas dans les hôtels à l’extérieur, trop excentrés). Ce parc national est sûrement celui qui  m’a le plus marqué : la route qui le traverse sinue à flanc de montagnes, plus impressionnantes les unes que les autres. Les paysages, battus par le vent, sont indescriptibles de beauté. Il faut dire que lors de notre séjour de 3 jours, nous avons eu la chance de n’avoir qu’un léger orage en fin de journée. Un vrai miracle pour la région !

 

Etablissements recommandés :

  • Explora Patagonia : cher, cher, cher. Mais beau, incroyable, le souvenir d’une vie.
  • Patagonia Camp : dormir sous Yourt ? Une expérience chic et luxueuse en pleine nature.

 

 

Après ces 15 jours de voyage au sud de l’Argentine, nous avons mis le cap sur le nord ! Nous laissions derrière nous le froid, le vent, les glaciers et ces paysages surréalistes.

Je ne peux pas clore cette première partie sans vous donner quelques conseils plus pratiques.

Il va sans dire que la Patagonie ne regorge pas de bancomats ! Pensez donc à bien vous renseigner si votre hôtel accepte les payements par carte et si ce n’est pas le cas, prenez vos dispositions !

Si vous pensez louer une voiture, prenez gare au vent. Ultra violent, il malmène les voitures : une erreur de pilotage peut vous envoyer dans le décors, soyez prudents ! Tous nos transferts ont été réalisés avec des “remises” (leur nom est trompeur, un trajet dure plusieurs heures en général et le coût est très élevé) : il s’agit de taxis privés, de confiance, mandatés par les hôtels. Si vous n’avez pas de permis ou ne souhaitez pas investir dans une “remise”, optez pour les bus ! Hyper fiables et ponctuels, ils sont peut-être le meilleur moyen de vous rendre d’une ville à une autre.

 

 

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*